"Madame Porte La Culotte" : une marque pour des Femmes Libres

Marque éthique française madame porte la culotte
Madameportelaculotte.fr

Vous pensez que la culotte est vieillotte ?

Vous n'en portez pas parce qu'elle marque sous vos pantalons préférés ?

Vous la trouvez peu séduisante ?

Pire, vous n'en voyez aucune qui ressemble à ce que vous imaginez...vous la voudriez unique et surtout esthétique ?

 

Si vous avez répondu par oui à une ou plusieurs de ces questions,  alors la marque que je vais vous présenter aujourd'hui va vous plaire !

Depuis la nuit des temps les femmes rêvent de pouvoir porter des sous vêtements dans lesquels elle se sentent VRAIMENT bien tous les jours

et quelle que soit la circonstance...

 

Le problème ?

Le choix de nos sous vêtements peut devenir un vrai fardeau...

 

Pourquoi ?

Parce que les femmes portent sur leurs épaules des  lois immuables et bien encrées depuis des générations...

 

 

De quoi je parle ? 

 

Vous le saurez dans un instant quand vous aurez découvert l'échange que j'ai eu avec une créatrice qui déborde de valeurs fortes:  Victoria

 

Victoria est la créatrice de la marque “Madame porte la culotte”.

 

Elle m'a contacté pour faire parti de l'annuaire Cheyenne sauvage, vous retrouverez sa marque dans la section lingerie

 

J'ai découvert un univers criant de féminité, d'égalité et de solidarité, je dois l'avouer elle m'a énormément touchée car je partage ces valeurs.

 

Dans cette interview, vous découvrirez une marque de culottes écologiques, dans l'air du temps et méga confortables, mais pas que...

 

Ces culottes ont un secret bien gardé ... mais seules celles qui les portent  y ont accès...

 

Un indice ?

 

Vous allez tout déchirer !

 

 Accrochez- vous à vos petites culottes les filles... l'interview que vous vous apprêtez à lire va décoiffer d'authenticité (et de révélations...) 

 

( Attention... vous ne choisirez peut être plus votre lingerie de la même façon...)

 


" Bonjour Victoria, dites moi...

 

Quand est née "Madame porte la culotte" ?

Madame porte la culotte a vu le jour en Octobre 2018, à la fin de la campagne de lancement de la marque sur Ulule https://fr.ulule.com/madame-porte-la-culotte/ .

 

De manière plus globale, le projet est né dans mon esprit en 2016, lorsque j’ai décidé de créer un projet qui ait du sens et qui soit aligné avec mes valeurs.

 

 

Vous avez quitté votre poste dans la publicité pour vous lancer dans l'aventure de l'entrepreneuriat, pourriez-vous nous raconter brièvement votre parcours ? Quels obstacles avez-vous rencontré ?

J’ai travaillé pendant 3 ans dans la publicité, et plus précisément dans une agence média en tant que Digital Planner.

 

C’était une petite agence. On m’a rapidement confié des responsabilités et la gestion de mes propres clients pour toute la partie digitale.

 

Au bout d’un an, mes patrons m’ont demandé de développer le pôle « Réseaux Sociaux ». On était en 2012 et à l’époque c’était surtout Facebook qui intéressait les marques.

On m’a dit : tu es jeune, tu aimes Facebook, tu sauras très bien faire de la publicité Facebook  pour nos clients.

 

J’ai dû m’auto-former et tâtonner pour développer ce que l’on me demandait.

 

Je me souviens d’appels réguliers avec des salariés de Facebook à Dublin pour leur dire que leur système avait des bugs et qu’il n’était pas adapté aux marques et aux agences publicitaires, c’était les débuts, depuis ça a beaucoup évolué (même si ça me paraît parfois encore obscur ;-)

 

Toujours est-il que cette agence a été une première étape dans ma vie professionnelle qui m’a donné confiance en moi et en mes capacités. J’ironisais déjà à l’époque en disant que je deviendrais un jour « La Cliente », pour pouvoir être libre de faire mes propres choix et ne pas dépendre de l’autorité d’autres personnes.

 

Au bout de 3 ans j’ai tout quitté pour voyager pendant 1 an en Australie et en Nouvelle Zélande à bord d’un van.

 

C’est un an après mon retour que j’ai eu l’idée de créer une marque de culottes, quand j’ai réalisé que je ne voulais plus travailler pour le compte de quelqu’un mais que je voulais (et surtout que je pouvais) être ma propre cheffe.

 

Il a fallu du temps pour mener à bien ce projet, le plus difficile a été le manque d’informations liées à la fabrication de mon produit (c’est un milieu très secret le monde du textile, on ne divulgue pas facilement ses contacts).

 

Il m’a fallu plus d’un an pour trouver le bon fabricant, ça aussi ça a été difficile.

 

 

A qui s'adressent vos culottes ?

Mes culottes s’adressent à toutes les femmes, et plus spécifiquement aux femmes de 25 ans et plus, parce que c’est à partir de cet âge là qu’on commence à s’affirmer et à connaître ses besoins réels en se détachant petit à petit du regard des autres (et plus spécifiquement des hommes).

 

Quand à l’âge limite il n’y en a pas, elles peuvent être portées jusqu’à 99 ans parce qu’elles sont super confortables ! Elles peuvent même être portées pendant la grossesse (testé et approuvé par plusieurs des porteuses de culottes  )

Qu'est ce qui vous a motivé à produire vos culottes de façon éco-responsable ?

C’était pour moi une obligation.

 

Mon objectif est d’améliorer le monde à mon niveau (aussi petit soit-il), pas de le détériorer.

Les culottes sont fabriquées au Portugal, dans une petite usine familiale non loin de Porto, tenant à cœur d’assurer à ses employés un environnement de travail sain et juste.

 

Le coton est certifié GOTS, un certificat assurant une production respectueuse de l’Homme et de la planète.

 

Il est tissé dans une usine voisine à celle de mon fabricant au Portugal, pays spécialiste du jersey de coton. L’impression des motifs et la teinte des tissus eux aussi sont réalisés dans une usine voisine.

Ça permet de limiter le transport de marchandise et de réduire la production de gaz à effet de serre.

 

On me demande parfois pourquoi je n’ai pas privilégié la France pour la fabrication.

Une grande partie du savoir-faire et de la main d’œuvre à disparu en France.

Les usines restantes sont débordées et le coût de la main d’œuvre est très élevé à cause des charges salariales importantes.

 

Et puis rien n’est centralisé, le tissu sera filé dans le Nord de la France, pendant que l’impression se fera à Lyon et que le montage final sera dans le Nord-Ouest avant d’être rapatrié à Paris pour être packagé, empaqueté et envoyé par colis.

 

Ça fait beaucoup de trajet et de logistique à gérer pour quelques produits.

 

 

À mon sens, seules les grosses marques pourront faire changer les choses grâce à leurs quantités de commandes importantes (les petits créateurs n’ont pas les épaules avec leurs petites quantités).

 

Elles pourraient tout à fait faire refleurir de nouvelles usines en France, je pense d’ailleurs que c’est ce qui arrivera d’ici 10 ans, mais il faudra du temps pour relancer l’industrie textile.

Quelle mission porte votre marque ?

La mission de Madame porte la culotte est de faire du bien aux femmes et de les accompagner dans leur empowerment (la quête de leur force intérieure) grâce à des messages « ego-booster » positifs inscrits au fond de chacune de nos culottes.

Si votre marque était un slogan, qu'est ce que ça serait ?

« Liberté, égalité, sororité ».

 

Ce slogan pourrait être remplacé un jour par « Liberté, égalité, entraide » lorsque le féminisme n’aura plus lieu d’être parce que nous vivrons dans un monde où les femmes et les hommes seront égaux et vus comme tels.

Qui dessine les modèles "Madame porte la culotte"

Je dessine moi-même les motifs des culottes.

 

Je choisis les couleurs des culottes unies, réalisées sur mesure pour le compte de la marque avec des encres Oeko-Tex non toxiques pour la santé.

 

Pour la forme, j’ai travaillé avec une modéliste Nantaise et on a créé ensemble la forme de culotte idéale :

  • une culotte qui se pose bien sur la taille,
  • des élastiques qui ne serrent pas trop,
  • une échancrure féminine,
  • un entre-jambe plus large que la moyenne (c’est important pour les femmes)
  • une forme arrière qui englobe les fesses pour bien rester en place lorsque l’on marche et parfaitement placé pour ne pas marquer sous le pantalon.

Là aussi, testé et approuvé par un grand nombre de mes clientes ;)

Vous utilisez des imprimés exclusifs et uniques pour vos culottes, de quoi et comment trouvez-vous l'inspiration ?

Pour créer ces imprimés, je me suis inspirée de la nature (j’essaye de me balader tous les jours dans des parcs de Nantes, la ville où je réside, et le long de l’une des rivières qui traverse la ville), de la déco (je suis une grande fan de photos déco sur Pinterest !) et des maillots de bain.

 

J’ai toujours trouvé les motifs des maillots de bain attrayants et colorés, c’était mon rêve d’avoir des culottes aussi belles que des bas de maillots de bain, des culottes dans lesquelles on est fières de se montrer.

Quel est le point fort qui différencie vos culottes ?

Le message « ego-booster » positif inscrit à l’intérieur de chaque culotte.

 

Chaque message est différent en fonction du modèle.

 

D’ailleurs on pourra bientôt choisir sur le site www.madameportelaculotte.com ses culottes en fonction du message (pour l’instant ils ne sont pas visibles, j’ai voulu laisser un peu de suspens et créer un effet de surprise pour les femmes qui les portent).

 

L’autre gros point fort c’est la qualité et le confort de ces culottes.

 

C’était pour moi un pari risqué d’arriver à créer la culotte parfaite, n’ayant pas du tout de connaissances en création de produit.

 

J’ai compris que j’avais réussi à atteindre mes objectifs quand mes clientes m’ont dit qu’elles adoraient mes culottes et pour certaines qu’elles ne portaient plus qu’elles.

 

Une femme m’a même dit : « quand on porte vos culottes, on ne peut plus rien porter d’autre, il n’y a pas plus confortable ».

 

Justement, à propos de la particularité d'avoir des messages "ego-booster" imprimés au fond de chaque culotte , d'où vous est venue cette idée ? Pourquoi ?

De plus en plus de marques inscrivent des messages à l’intérieur de leurs vêtements ou sur leur packaging.

 

Je pense par exemple à la marque Yogi Tea et aux citations inscrites sur leurs sachets de thé.

 

J’ai eu envie de faire la même chose en plaçant ces messages à un endroit bien visible par la personne qui les porte, et ce plusieurs fois par jour (je vous laisse deviner pourquoi ;)

 

L’idée est simple, en lisant plusieurs fois par jour un message positif telle que : « j’ai en moi une force extraordinaire », on finit par y croire.

C’est la méthode Coué par excellence.

Bon, après ça ne marche peut-être pas à tous les coups, mais au moins ça donne le sourire !

Vous reversez 1% à la "Maison des femmes", une association qui vient en aide aux femmes victimes de violence. Pourquoi cette cause ?

Avant de choisir quel produit je souhaitais créer, je me suis demandée pourquoi je voulais créer ce projet.

 

La cause des femmes m’a toujours animé et me tient à coeur, je savais depuis longtemps que je voulais faire quelque chose pour aider les femmes.

 

Ma marraine a créé un centre d’aide aux femmes victimes de violence à Brive, ma ville natale, dont elle m’a beaucoup parlé lorsque j’étais toute jeune.

 

Ça m’a marqué. À l’âge de 18 ans j’ai vu le film Fleur du Désert au cinéma, ce film m’a beaucoup marqué et je me souviens m’être dite en sortant du cinéma : « un jour moi aussi je ferai quelque chose pour aider les femmes et combattre l’excision et la violence faite aux femmes ».

 

La Maison des femmes est un centre pas comme les autres, c’est une maison très colorée qui n’a rien d’un hôpital et dans lequel travaillent de nombreux intervenants tels que des médecins, des avocats, des psychologues, …. La violence agit à de multiples niveaux, et ne s’arrête pas à la violence physique, tous ces niveaux doivent être abordés et traités pour un accompagnement global vers la guérison.

 

J’ai eu la chance de rencontrer Ghada Hatem, la gynécologue obstétricienne à l’origine de ce centre.

 

On a eu une discussion passionnante sur son travail, sur les femmes qui viennent au centre (beaucoup de femmes excisées), sur le concept du pouvoir et de la domination à l’origine de la violence faite aux femmes.

 

 

Je rêve de pouvoir donner plus et d’agir encore plus pour aider les femmes et les gens en général. C’est ce qui donne du sens à ma vie et à mes projets.

En parcourant votre univers, j'ai ressenti comme un message de liberté qui pourrait se traduire en quelques mots par : "Portez ce que vous aimez, peu importe les diktats !" Est-ce une réalité ou uniquement une interprétation issu de mes propres filtres ?

C’est une réalité et tu l’as bien ressentie.

 

La liberté est l’une de mes valeurs personnelles et professionnelle.

 

Et la liberté passe beaucoup par ce que l’on s’impose ou ne s’impose pas, notamment par rapport aux vêtements que l’on porte.

 

Lorsque je travaillais dans la pub, je faisais très attention aux vêtements que je portais, il me fallait du temps pour choisir les bons vêtements chaque matin.

 

Et au final, j’avais le sentiment que ça n’était jamais les bons, j’étais soit habillée de manière « trop stricte », ou « trop sexy », ou trop « décontractée ».

 

Dans tous les cas, on me faisait une remarque (généralement des hommes) sur ce que je portais. C’était épuisant parce que je passais des heures à choisir les bons vêtements pour satisfaire le regard des autres plutôt que de me demander dans quels vêtements je me sentais bien.

 

L’Australie m’a beaucoup changée. Je suis partie avec 1 pantalon, 2 shorts et 3 t-shirts. J’ai porté des tongs pendant presque 1 an, au point que mes pieds ont pris une taille de plus à mon retour !

Eux aussi ont retrouvé leur liberté et avaient certainement été trop longtemps entravés dans des chaussures mal ajustées.

 

Aujourd’hui, je m’habille quasiment tous les jours de la même manière, parce que ça me fait gagner du temps et que ce que je porte n’a plus vraiment d’importance à mes yeux au quotidien.

 

J’ai d’autant plus de plaisir à mettre de beaux vêtements pour une occasion particulière, même si certaines robes courtes font remonter en moi de vieux souvenirs qui me dérangent.

 

J’essaye toujours de me demander si ce que je porte, je le porte pour moi ou pour le regard des autres (la réponse n’est jamais toute blanche ou toute noire).

 

 

J’ai aussi la chance de vivre avec un homme formidable qui me trouve belle quoi que je porte. Quand on comprend qu’on plaît à l’autre avec un vieux pyjama, ça permet de faire beaucoup d’économies et de moins se prendre la tête ! 

 

 

Après quelques recherches sur la préférence des femmes en matière de lingerie féminine, j'ai été choquée ! Des titres d'articles du style "String, shorty, culotte, quelle est vraiment la lingerie préférée des hommes ?"  qui met en avant  l'avis des hommes en premier alors qu'ils ne les portent pas, ou encore "RIP la culotte" qui recommande aux femmes d'oublier ou de jeter leur culotte préférée pour être plus séduisante et faire plaisir à leur chéri... Hallucinant...!

On pourrait presque en conclure que les femmes sont influencées à acheter pour faire plaisir plus que pour leur confort... quel regard portez-vous la dessus ?

Moi aussi j’ai été choquée le jour où j’ai compris que les femmes sont influencées et qui plus est sommées d’acheter de la lingerie pour faire plaisir aux hommes plus que pour leur confort.

 

Je parle de ma vision à ce sujet dans cet article https://www.madameportelaculotte.com/fr/le-journal/changez-le-monde-changez-de-culotte/ 

 

J’y cité un un sondage créé par la marque Ma p’tite culotte en 2017 sur ce que les hommes aimeraient que les femmes portent comme lingerie et qui indique que « 77% des hommes ont déclaré que si ils étaient une femme, ils porteraient un tanga en dentelle.»

 

Tout le sondage était porté sur le regard des hommes. Je trouve ça fou qu’ils aient demandé à des hommes leur avis sur ce qu’ils porteraient si ils étaient une femme, parce qu’évidemment ça n’est pas par question d’empathie (si c’était le cas les hommes auraient tous répondu qu’ils porterait des culottes en coton ultra confortables)

 

Mais plutôt parce qu’encore aujourd’hui il est intégré dans les mentalités que l’homme a un droit de regard sur ce que les femmes portent, et pire, qu’elles doivent se vêtir selon leurs souhaits.

 

 

Dans mon article, j’ai voulu créer une prise de conscience en inversant la situation avec une pointe d’humour ça a donné ça :

Je l’ai partagé sur les réseaux sociaux dans le but de faire réagir les femmes, elles ont le pouvoir entre leurs mains, le choix de leurs vêtements et de leurs sous-vêtements peut changer le monde et les mentalités.

 

 

Quelle est votre vision pour le futur de votre marque ?

J’aimerais que la marque soit connue et reconnue en France et pourquoi pas développer le concept à l’international. Mais pour cela, il faudra que je m’entoure des bonnes personnes.

Je suis seule sur ce projet pour l’instant, je rêve de pouvoir m’associer avec quelqu’un pour pouvoir amener la marque vers de plus grands horizons !

Quel est votre plus grand rêve ?

De vivre dans un monde où hommes et femmes vivent en harmonie, peu importe leur genre, leur couleur de peau ou leur milieu social.  


Un grand merci à Victoria qui a pris le temps de nous présenter sa marque et son parcours !

J'ai adoré sa simplicité, son authenticité et ses valeurs,

Une vraie personnalité pour une marque qui, j'en suis sûre n'as pas fini de faire parler d'elle !

 

 

Vous brûlez d'envie de voir toute la collection "Madame porte la culotte"? allez vite surfer dans la boutique de Victoria 

@très bientôt 

-Nancy-